Le domaine

Un lieu d’exception,
une dimension sociale et solidaire

Un site unique : le Domaine du Grand Puy

Situé à l’Ouest de Montpellier, dans le nouvel éco-quartier des Grisettes, le Domaine du Grand Puy, également connu sous le nom de « Mas Nouguier » (du nom de l’’un de ses anciens propriétaires), est une ancienne métairie classée en 1943 à l’inventaire des sites. Les plus anciennes traces écrites relèvent que le Domaine appliquait dès le XVIlle siècle des concepts de production multiple alliant vigne, oléiculture et maraîchage traditionnel, selon des techniques aujourd’hui reprises en agroécologie. Le mas, d’une surface d’environ 1 200 m², est entouré par un ancien parc ornemental d’un hectare.

Inoccupé depuis plusieurs années et victime de plusieurs incendies (le dernier en 2008) qui l’ont laissé en très mauvais état, le Domaine, propriété de la ville de Montpellier depuis 2006, a été proposé à la vente en 2013 dans le sillage d’un cahier des charges précis de rénovation et de vocation sociale et solidaire.

C’est dans ce contexte que la ville a retenu, en juin 2015, le projet proposé par l’Association des Compagnons de Maguelone : une rénovation de la bâtisse et du site en vue de la création d’une Entreprise Adaptée qui génèrera, de par ses activités, du lien social entre les habitants du quartier des Grisettes et les salariés. Un projet ambitieux et pluriel de restauration, réhabilitation, restructuration et transformation du bâtiment dans son intégralité afin d’y développer des activités de restauration, de séminaires et d’événementiel de qualité dans un esprit social et solidaire.

Jardin Domaine du Grand Puy
Logo Compagnons de Maguelone

Une association : Les Compagnons de Maguelone

Depuis 50 ans, Les Compagnons de Maguelone, association de l’Économie Sociale Solidaire, valorise le Domaine de Maguelone et sa Cathédrale au travers d’un ESAT (Établissement et Service d’Aide par le Travail) et de foyers d’hébergement.

Située sur le site historique de la presqu’île de Maguelone, l’Association accompagne par l’accueil, le travail et un suivi médico-social une centaine de personnes en situation de handicap.

Sa mission recouvre plusieurs dimensions :
• une dimension médico-sociale au travers de l’accueil, l’accompagnement, la mise au travail et l’insertion sociale de personnes en situation de handicap ;
• une dimension patrimoniale par la protection, la mise en valeur et la transmission aux générations futures d’un patrimoine bâti et d’un environnement naturel exceptionnel : la Cathédrale de Maguelone, avec son domaine terrestre et lagunaire ;
• une dimension culturelle au travers de festivals annuels de musique et d’autres événements culturels réalisés tout au long de l’année

Riches de cette culture, « Les Compagnons de Maguelone » ont ainsi développé un projet de réhabilitation et d’exploitation du Domaine du Grand Puy dans un esprit alliant préservation du patrimoine et économie sociale et solidaire.

La présence des Compagnons sur le site de l’Agriparc depuis 2012 (à travers l’entretien et l’exploitation du vignoble du Mas Nouguier) et leur capacité à mener des projets innovants, qualitatifs, porteurs de sens et d’intégration sociale pour les personnes en situation de handicap, inscrivent comme une évidence leur candidature à la reprise du Domaine du Grand Puy.

Un projet : la valorisation et l’exploitation du Domaine du Grand Puy

L’association des Compagnons de Maguelone a proposé de créer sur le Domaine du Grand Puy, via la rénovation de la bâtisse classée, deux entreprises adaptées employant des personnes en situation de handicap. Le projet de rénovation a été confié à l’architecte : Jean-Paul MEYRAN. Il s’agit ainsi de mener de front plusieurs projets de valorisation du site à travers la création d’ un restaurant bistronomique, d’activités de séminaire, d’événementiels culturels et privés, et d’un jardin maraîcher (suivant les principes de l’agro-écologie et de la permaculture). Des activités de terroir qui favoriseront les circuits courts de distribution selon un concept « De la Terre à l’Assiette ».
Un projet auquel s’ajoute, selon les mêmes principes agro écologiques, l’exploitation viticole et oléicole de l’Agriparc du quartier des Grisettes, dans le même esprit que ce que l’association pratique déjà sur l’île de Maguelone.

Un projet qui allie donc des objectifs de préservation et de mise en avant du patrimoine à des activités touristiques et culturelles destinées à un très large public regroupant des professionnels, des habitants du quartier et à terme des touristes et des écoles. Une ambition qui revêt également une forte dimension sociale en permettant l’emploi et l’inclusion de nouvelles personnes en situation de handicap.

Un modèle économique et citoyen : l’entreprise adaptée

Pour répondre à ses engagements et au contexte particulier de son projet, l’Association des Compagnons de Maguelone a choisi de développer pour exploiter le Domaine du Grand Puy, une “Entreprise Adaptée”, structure favorisant l’emploi de personnes en situation de handicap ou de vulnérabilités pour lesquelles l’accès à l’emploi reste problématique.

En terme de formation, l’Entreprise Adaptée du Domaine du Grand Puy se développe autour d’un modèle de « structure apprenante ». Elle adhère ainsi au programme de formation “Zéro Barrière” et offre à ses salariés la possibilité d’accroître leurs compétences au quotidien dans leur métier et d’acquérir à terme un diplôme reconnu au RNCP.

A travers ce modèle économique et social, le Domaine du Grand Puy développe une véritable passerelle professionnelle vers des métiers porteurs d’emploi en région Occitanie : location de salles, événementiel, tourisme, agriculture et viticulture.

Histoire et architecture

Une histoire qui commence au Moyen Âge

Le Domaine du Grand Puy est situé sur le commune de Montpellier, quartier des Grisettes. Ce secteur correspond à l’ancienne paroisse de Montels, dépendant du Chapitre Cathédral de Montpellier (installé à Maguelone jusqu’en 1536). 

La plus vieille trace écrite attestant de l’existence du Domaine est un plan-compoix datant du XVIIIe siècle. Le lieu est alors nommé « Puech-de-la-Graille ». C’est à cette époque un « mas et un four ruiné » dont la réhabilitation se fera à partir des années 1740 par Julien Barthélémy. Par la suite, le domaine a successivement appartenu à deux grandes familles montpelliéraines qui ont exploité et enrichi le lieu au fil des ans : la famille Rey (de 1769 à 1789), probablement à l’origine de la construction des principaux bâtiments, et la famille Nouguier (propriétaire de 1789 à 1821). Le mas était alors une métairie : un domaine rural composé de bâtiments d’habitation et d’exploitation ainsi que des terres qui y étaient rattachées. 

Michel Nouguier, ancien banquier criblé de dettes, dut se séparer de son mas qu’il proposa aux enchères en 1821. Pierre-Antoine Tondut, ancien capitaine, chevalier de la Légion d’Honneur, en fit l’acquisition et en conserva la pleine propriété jusqu’en 1838. Les propriétaires se sont ensuite succédés.

ORIGINE DU NOM "Domaine du grand puy"

La première mention du nom de « Grand Puits » retrouvée date de 1942. On le voit apparaître sur la carte IGN réalisée en 1950, mais sous une autre forme, « Grand-Puy ». Or, ce toponyme ne possède pas le même sens. La dénomination présente dans l’acte de 1942 évoque le puits à roue dont est pourvu le domaine. Le terme « Puy », quant à lui, désigne une colline ou une montagne. Il est issu de l’occitan puech, pueg, et évoque l’ancien toponyme du lieu-dit, le « Puech-de-la-Graille ». Cette double orthographe explique la confusion qui peut exister, encore de nos jours, dans la désignation du domaine.

Recherches effectuées par Lucie GALANO ( Docteure en Histoire Médiévale). 

Les jardins

a l'origine, des jardins a la française

L’Association s’est entourée du Cabinet d’Architecture RLA (Dominique Larpin, architecte en chef des monuments historiques, puis Mirabelle CROIZIER, architecte du Patrimoine) en vue de proposer une restauration des bâtis et une reconstitution des jardins dans leurs dispositions d’origine et selon des savoir-faire traditionnels. Les prescriptions et enjeux de préservation et de mise en valeur de ce riche patrimoine, partiellement classé et inscrit, constituent une part importante de ce projet. 

La bâtisse dessine un fer à cheval qui encadre la cour d’entrée formant terrasse, d’où la vue s’étendait sur les collines des garrigues. De très beaux pins l’ombragent, et une entrée, entre deux piliers de pierre terminés en corbeilles de fleurs y donne accès de l’extérieur. La façade méridionale s’ouvre sur une terrasse à balustres, ornée de vases rustiques où poussaient des orangers.

Une végétation riche d’arbres précieux et centenaires

Un perron de quelques marches descend de la terrasse vers le jardin à la française, composé de quatre pelouses, avec un bassin circulaire à la croisée des allées. De vieux pins, quelques marronniers, un cèdre majestueux, constituent la végétation de ce parc. Une allée de pins parasols prolonge la perspective vers le Sud tournée vers la Cathédrale de Maguelone que l’on peut apercevoir à l’horizon. À droite de la bâtisse, une noria ombragée de pins et de cyprès ajoute une note pittoresque à l’ensemble très languedocien des bâtiments d’exploitation.

Un site classé dans sa quasi-intégralité

Le site a été classé en 1943. Ce classement concerne « l’ensemble des bâtiments et des jardins, ainsi que l’allée de pins parasols et la noria ».

L’Agriparc du Mas Nouguier

Un site patrimonial, ludique et viticole

En bordure du nouvel éco-quartier des Grisettes et entourant le Domaine du Grand Puy, l’Agriparc du Mas Nouguier est un site d’une surface d’environ 17 hectares, dont 10 hectares de vignes, propriété de la ville de Montpellier depuis 2006. Un site sur lequel est développé un concept novateur et original d’Agriparc, lieu patrimonial cultivant son origine agricole (viticulture, oléiculture, apiculture, maraîchage…), sa dimension ludique à travers un espace de promenade et de loisirs pour les habitants du quartier (et plus largement pour l’ensemble des montpelliérains) et sa vocation pédagogique à travers des animations autour de l’activité agricole (réalisations agroécologiques intégrées dans l’ensemble du parc et de la biodiversité).

Aujourd’hui, ce sont les Compagnons de Maguelone qui entretiennent l’agriparc et les vignes.